Le circuit des métiers d’art à Dijon

Les artisans d’art ne manquent pas à Dijon. Aux quatre coins de la capitale bourguignonne, ils façonnent, restaurent et imaginent des pièces d’exception dans leurs ateliers. Ils vivent de leur passion mais aiment aussi la partager… Et si pour les fêtes de Noël, vous poussiez la porte de leurs boutiques-ateliers pour découvrir leur univers et pourquoi pas repartir avec une de leurs créations ? Suivez notre parcours dans les rues de la ville à la recherche des métiers d’art !

Mordue de livres

Débutez votre parcours par la rue de Jouvence où se situe une jolie devanture en bois. En poussant la porte de la reliure Boccard, vous y trouverez Maël, se hâtant d’achever ses commandes à l’approche des fêtes. Relier, dorer, restaurer, cartonner… des livres anciens, abîmés ou juste aimés, grâce à des matériaux comme le cuir, la toile ou le papier marbré, voilà son métier.

Sa passion pour le travail manuel ne date pas d’hier ! Après le bac, elle réalise plusieurs stages jusqu’à celui à l’atelier Boccard où elle découvre que la reliure est de loin ce qu’elle préfère. Elle part alors à Paris pour se former et obtient son brevet des métiers d’art.

reliure-boccard

Dijonnaise depuis ses sept ans, la jeune femme n’a pas hésité à revenir dans la capitale bourguignonne pour continuer à travailler à l’atelier. Et elle a bien fait : elle a par la suite racheté l’atelier de son patron, là où elle se trouve actuellement. Maël travaille aussi bien pour des entreprises que pour des particuliers !

Et si vous aussi souhaitez apprendre à relier ? Sachez que Maël donne des cours particuliers ainsi que des ateliers collectifs ! Qui sait, une passion naitra peut-être chez vous 😉

Reliure Boccard – reliure, dorure, restauration de livres
38 rue de Jouvence

Passion cuir

À côté de la rue de Jouvence, prenez la rue du Havre. En marchant une dizaine de mètres, entrez dans une petite cour où se cachent un atelier et une artisane de talent. Passionnée par la mode, Irène Tailhardat s’est dirigée dans la sellerie maroquinerie. Elle a toujours aimé travailler avec ses mains et créer en toute liberté.

Sa matière de prédilection ? Le cuir qu’elle considère comme un matériau noble, beau et durable.  Si vous souhaitez une création sur mesure de sacs, ceintures, bracelets, étuis pour smartphone… c’est à Irène qu’il faut faire appel ! Matériaux, formes, couleurs, vos produits sont personnalisables à volonté.

irene-t

Irène confectionne l’objet de vos rêves avec ses doigts de fée, sa créativité et tout son savoir-faire made in France. Que demander de plus ! Les prix ? Évidemment, ça ne sera pas ceux dues accessoires « made in china », mais pour un objet indémodable que vous garderez des années, fabriqué en France, à la main avec des matières nobles et réparable si besoin, ça vaut bien le coup de faire un petit écart, non ? 😉

Irène-T – sellier maroquinier, création sur mesure, réparation, restauration
5 rue du Havre

La magie de la peinture

Dirigez-vous ensuite du côté du centre-ville, rue Verrerie plus exactement. Vous y trouverez au 24 un atelier de peinture en décors sur meubles et objets, tenu par Marie-Caroline Baut. Diplômée d’histoire de l’art, elle fait par la suite un stage auprès de peintres où elle découvre alors que le travail sur des objets avec des techniques anciennes lui plait particulièrement.

Elle devient officiellement artisan d’art en 1998. D’origine dijonnaise, elle choisit d’installer son atelier à Dijon. Depuis, elle ne cesse de peindre sur du métal, bois et tissu pour en faire des créations uniques. Marie-Caroline est actuellement l’une des seuls peintres en décor à travailler avec des techniques anciennes (pigments naturels, colle de peau, jaune d’œuf, caséine…). Et le résultat est sans appel !

latelier-du-fennec

N’hésitez pas à donner vos vieux meubles prêts à être jetés à Marie-Caroline, elle se fera une joie de les restaurer. Après cela, vous ne pourrez plus vous en passer 😉 Vous pouvez également apprendre à repeindre vous-même vos objets grâce aux ateliers qu’elle propose.

Un peu plus loin au 14 rue Verrerie, faites un détour dans sa boutique où vous y trouverez toutes ses créations.

L’atelier du fennec – Peinture en décors, sur meubles et objets
14 (boutique) et 24 (atelier) rue Verrerie

Sa palette ? La nature !

Au fond d’une cour de la rue Sainte-Anne se cache un atelier pour le moins surprenant : la marqueterie végétale. Ne soyez pas étonnés si ce nom ne vous dit rien ! Chantal Duvernet est en effet la seule artisane en France à faire ce métier.

À partir d’éléments naturels, elle transforme de simples objets du quotidien en pièces uniques et artistiques. Accroches de sacs, couteaux, briquets, bijoux, boutons de manchettes, pinces à cravates… tout y passe ! Pour ses créations, Chantal récupère des bois précieux, des plumes, du sable, des végétaux qu’elle fait sécher. À partir de ces éléments naturels qu’elle assemble, elle réalise des paysages, chats, chouettes, mosaïques… sur les petits objets puis utilise de la résine pour durcir le tout. Un travail long et minutieux que Chantal réalise avec passion !

marqueterie-vegetale

Bien qu’elle ait fait des études de comptabilité, cette artisane a toujours eu un pied dans le travail manuel. Son père architecte lui demandait parfois son aide pour dessiner ou réaliser des plans. Alors quand elle a vu l’annonce d’un artisan en marqueterie végétale qui recherchait un assistant, Chantal n’a pas hésité à postuler. Sa créativité et sa précision lui ont permis d’être formée à ce métier inconnu. C’est ainsi qu’en  2004, elle reprend l’entreprise de son patron. Et depuis, la demande ne désemplit pas !

Chantal Duvernet – Marqueterie végétale
13 rue Sainte-Anne

Des doigts en or

Pour finir ce circuit, dirigez-vous vers le quartier universitaire de la ville. Rue des Ébazoirs, nous vous invitons à pousser la porte de l’atelier d’Élisabeth Mayol, un véritable « capharnaüm à dorer » comme elle dit !

Passionnée depuis son enfance par la dorure sur bois et métaux, c’est tout naturellement qu’elle s’est dirigée vers cet artisanat d’art. Diplômée de l’École Boule, elle se lance officiellement en 1980. Depuis, grâce à elle, les édifices reprennent vie entre ses mains. Elle a par exemple redoré le Château de Meursault, la Collégiale de Beaune et la Bibliothèque municipale de Dijon pour n’en citer que quelques-uns ! Elle travaille ainsi pour des institutions, mais pas que !

elisabeth-mayol

Vous disposez de vieux objets qui ont perdu tout leur aspect doré ? Donnez-les à Élisabeth qui leur redonnera une seconde vie. Et pour apprendre à restaurer vous-même vos objets, n’hésitez pas à participer aux courts qu’elle propose.

Élisabeth Mayol – restauration des bois dorés – dorure à la feuille
9 rue des Ébazoirs

 

Pour rencontrer d’autres artisans, rendez-vous sur le site de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de Bourgogne.

Vous aimez cet article ? Partagez le !